image1 image1 image1

Le Projet… entre pratiques éprouvantes et pratiques… éprouvées

Le Projet…   entre pratiques éprouvantes et pratiques… éprouvées 

Françoise Villecourt-Georges

 

Au cours de mes rencontres avec différentes équipes, dans le cadre de la formation continue j'ai pris conscience (plus que je ne l'aurai imaginé) combien le projet dans toutes ses dimensions mettait les pratiques institutionnelles et éducatives à rude épreuve.

Les conduites de projet d'établissement sont souvent l'occasion d'un état des lieux, des murs jusqu'aux personnes qui vivent et passent dans les institutions. A. JONIS nous dit si justement: « les murs parlent et disent comment les gens vivent là ».

Cette analyse de l'existence, il faut bien l'avouer met les pratiques sens dessus dessous et les pauvres humains travaillant dans ces établissements dans tous leurs états. Mais gare à ceux qui sous l'égide du consultant mettraient à mal une institution en allumant quelques feux et en laissant brûler la forêt. Tout intervenant sans besoin de se targuer de titre, mais plutôt de compétences et de respect pour le travail qui se fait déjà, doit avoir ce souci de ne pas mettre à jour des dysfonctionnements sans chercher leur origine, sans aider à trouver la boite à outils pour ceux qui auront à l'utiliser, sans s'impliquer jusqu'au bout de la mission dans les préconisations qu'il suggère.

Lorsqu'un responsable de structure sollicite un intervenant pour accompagner son équipe dans l'élaboration du projet d'établissement, il sait que sa démarche est multiple:

-          Proposer une méthodologie et des outils pour formaliser un document qui servira de référence au personnel de l'institution.

-          Favoriser la réflexion et créer une dynamique entre des personnes qui ne font pas le même métier mais qui peuvent se reconnaître dans les finalités d'un projet.

-          Réguler les tensions individuelles ou collectives qui ne relèvent pas toujours de l'ambiance professionnelle présente, mais surgissent des abîmes de notre inconscient lorsque les acteurs du réel viennent réveiller les dragons du passé.

-          Enfin, par son extériorité, s'introduire en tant que tiers dans une histoire de famille institutionnelle, d'amour ou de haine, car il n'est jamais facile de se défaire des représentations qui habitent les établissements; et des places que nous prenons quand nous sommes à la fois les instigateurs et les victimes.

 

La loi du 30 Juin 1975 en faveur des personnes handicapées, présentait une réglementation qui mettait en évidence le droit des personnes et l'obligation de respect et de mise en oeuvre de ces droits par les institutions sociales et médico-sociales.

La loi du 2 Janvier 2002 réaffirme le droit et la place des personnes en difficulté ou en situation d'exclusion, mais elle réaffirme aussi la mise en oeuvre effective des projets individualisés pour garantir l'adaptation de la prise en charge aux bénéficiaires et à leur famille qui doivent être «au cœur du dispositif».

Les institutions se trouvent donc fortement sollicitées pour présenter un projet d'établissement ou de service qui définit les objectifs en matière de coordination, de coopération, d'organisation, de fonctionnement et d'évaluation pour la qualité des activités proposées. Tous ces mots ne sont pas vains, ils impliquent la nécessité de préciser les modes d'accompagnement, et de clarifier les organisations et la mission des acteurs qui agissent à tous les niveaux de responsabilité.

Parler de sa pratique n'est pas le plus simple des exercices, nous l'avons tous éprouvé un jour, que ce soit dans les instituts de formation ou dans les groupes d'analyse de la pratique au sein des établissements. Il s'agit alors de réviser bien des leçons quelquefois oubliées, négligées, mal apprises au cours des enseignements, dispensées par les personnes handicapées, quand celles-ci nous apprennent tant de choses sur elles-mêmes bien sur, mais aussi sur les professionnels parfois mauvais élèves que nous pouvons être.

On peut ainsi «retravailler» les valeurs éducatives qui fondent les projets; ces fondements sont essentiels pour soutenir les missions confiées aux équipes, pour leur permettre de formuler des objectifs clairs au service des personnes qu'elles accompagnent.

Parler de l'accompagnement des personnes dans la vie quotidienne, la vie sociale, la vie affective, au niveau de la santé ou par rapport au vieillissement c'est avant tout dépasser le discours sur l'accompagnement; c'est tenter de dire le plus simplement possible ce que l'on fait, sans craindre d'être perçu comme celui qui fait bien, qui fait mal, ou qui ne fait pas. C'est expliquer et partager, chacun de sa place, l'engagement qu'il prend vis à vis des personnes handicapées et par rapport au travail collectif de l'institution. C'est enfin repérer les forces et les faiblesses d'un projet institutionnel, d'un travail d'équipe, d'une démarche éducative pour mieux évaluer à tous les niveaux, ce qu'il faut améliorer, modifier, ou changer.

Alors, si les pratiques sont éprouvantes du fait d'un quotidien répétitif, usant ou trop imprévisible et urgent; elles le sont souvent aussi à cause des résistances, légitimes parfois, mais elles sont le plus souvent liées aux habitudes de fonctionnement que personne ne souhaite véritablement changer; ou « bercées» par la propension à se plaindre de certains professionnels. Ainsi les petites énergies des uns et des autres sont étouffées au lieu d'être réunies pour éprouver ensemble une pratique collective dans un projet auquel chacun peut se référer.

Pour terminer mon propos, je voudrais témoigner de l'intérêt que j'ai à effectuer ce travail malgré les résistances individuelles ou collectives que j'ai pu rencontrer dans ce type d'intervention. Chaque fois, j'ai le sentiment de partir explorer avec un groupe, à la croisée de la formation, de l'analyse de la pratique et du diagnostic, un espace et un temps, que l'on pourrait situer entre le rêve et la réalité, entre l'idéal et les contraintes, et qui nous dit quelque chose de la vie de ces personnes en situation de travail.

Le projet prend alors toute son importance dans un lien extraordinaire entre le passé, le présent et l'avenir.

wordpress themesjoomla themes
2020  GERSE